Bienvenue dans le pays où les gens se plaignent depuis 5 ans de la politique de Mister Hollande mais en veulent encore.

Alors que depuis plus de deux années maintenant, la côte de popularité du président français frôle l’indécence publique, avec des scores rarement atteint dans l’histoire politique française, digne de Bastia en Ligue 1. Le premier tour des élections a accouché du fils illégitime : Emmanuel Macron en pôle position pour aller enfiler sa paire de pantoufles à l’Elysée.

Une interrogation subsiste et brûle toutes les bouches : “Est-ce que le pays du bon vin est atteint d’une gueule de bois monumentale frôlant la schizophrénie électorale ?”

En effet, la question a le droit d’être posée, la France va t’elle suivre le même chemin que ses compères ? A l’image des Etats-Unis et du Royaume-Unis, où d’après les réseaux sociaux, ni le Brexit ni Trump n’avait aucune chance de passer et pourtant ils sont bien là, à l’instar de Marine et d’Emmanuel.

Ces deux derniers incarnant un sacré air de déjà vu en France, avec le fameux avril 2002, où Jacques Chirac (oui, le dernier président ayant un charisme) l’avait emporté avec une majorité écrasante, digne de certains pays dictateurs africains, en faisant presque 83% mais à la différence avec ces derniers, il n’y avait eu aucune contestation.

Le résumé est donc le suivant pour tous les électeurs qui voteront ce dimanche : “Entre la peste et le choléra, Français, tu devras faire ton choix !”

Tschüss !