Selon une étude sérieuse du Conseil supérieur de l’Audiovisuel, les médias auraient avantagé certains candidats au détriment d’autres. Or, même s’ils n’ont pas été traités de façon similaire, les privilégiés ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

François Fillon et Benoit Hamon ont été largement favorisés au détriment des quatre autres : Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et Emmanuel Macron.

Il faut savoir que depuis 2017, la règle d’égalité de 5 semaines a été réduite à 2 par les médias la considérant comme trop longue. C’est donc sur cette courte période que l’analyse du temps d’antenne impartie à chaque candidat a lieu.

Les chaînes TF1, France 2 et France 3, puis BFMTV et LCI, et enfin RTL et France Inter ont été passées au crible. Ainsi, il est nettement ressorti que Benoit Hamon et François Fillon ont profité d’une période médiatique supérieure à leurs résultats au suffrage. À la différence de Marine Le Pen, de Nicolas Dupont-Aignan et Emmanuel Macron.

Cependant, les médias s’expliquent : le mouvement En Marche de Macron serait trop récent. Ou avancent l’argument que nul de peu prédire réellement le choix des Français. De plus, selon eux, l’affaire Pénélope Fillon aurait bousculé les tendances politiques. Ils se défendent aussi en avouant les rares occasions de rencontre avec certains (Jean-Luc Mélenchon) ou le comportement de certains journalistes à donner la parole à d’autres ( Marine Le Pen).

Finalement, il est important de préciser que le temps médiatique n’est pas représentatif du choix des Français. Fort heureusement !

Tschüss !